Bélarus : 120ème jour consécutif de protestations.

Bienvenue dans la dix-septième édition de la newsletter de la communauté “Bélarusses à Paris”.

Dans cette édition:



Plus de quarante marches locales ont eu lieu hier à Minsk, et plusieurs dizaines dans d'autres villes de Bélarus. Les gens sont descendus dans la rue malgré le temps glacial, la violence policière et la menace d'arrestation; chacun d'entre eux a fait preuve d'un courage et d'une persévérance incroyables.

Tout comme les deux dernières semaines, les manifestants ont appliqué avec succès la tactique des protestations décentralisées. La police a également changé sa tactique. Au lieu de bloquer le centre de Minsk aux rassemblements de l'opposition, ils ont envoyé la plupart de leurs forces dans les zones résidentielles. Dans plusieurs quartiers, les policiers attendaient l'apparition des rassemblements, puis ont rapidement envoyé des informations à la police anti-émeute (OMON). Les gens se dispersaient rapidement et rentraient chez eux dès qu'ils se rendaient compte que la police anti-émeute arrivait. Les gens postaient les vidéos de leurs rassemblements locaux une fois qu'ils étaient en sécurité et chez eux.

322 personnes ont été arrêtées lors de manifestations hier, selon le Centre des droits humains Viasna. Selon le byPOL (l'organisation des défecteurs des forces de l'ordre), plus de 100 ont démissionné d'OMON depuis le mois d'août. Mais c'est encore trop peu, d'autres restent fidèles au régime.


Photo: Agata Kvyatkovskaya / @Belsat_TV

En parallèle :

Après une interview exclusive pour The Economist vendredi dernier, sa reconnaissance par le Financial Times comme l'une des 12 femmes les plus influentes de 2020, et par le magazine Bloomberg comme une des 50 personnes qui ont défini l'année 2020, Svetlana Tikhanovskaïa poursuit son offensive dans les médias internationaux.

Dans un article d'opinion pour le Washington Post, elle appelle les États-Unis à renforcer leur soutien au Bélarus.

"Nous avons besoin de plus d'aide de la part des États-Unis, même dans cette période de transition complexe",

écrit-elle. "J'appelle le Congrès américain à adopter rapidement la loi sur la démocratie, les droits de l'homme et la souveraineté du Bélarus de 2020".

"Ce projet de loi élargira le champ de ceux qui peuvent être sanctionnés en vertu de la loi américaine pour leur complicité dans les répressions. Dans le même temps, il apportera un soutien aux médias et aux technologies indépendants pour contourner la censure d'État", explique-t-elle.

Elle exprime son espoir que la Chambre et le Sénat puissent parvenir à un accord avant la fin de l'année. Et elle ajoute que :

"l'action du Congrès à Washington aurait l'effet supplémentaire d'encourager Bruxelles à émettre sa propre réponse énergique".

Elle termine en exprimant son espoir de se rendre à Washington pendant la semaine d'investiture de Joe Biden "pour remercier personnellement l'administration actuelle pour son travail en faveur du peuple bélarusse".  



Ce jeudi :

L'ouverture des Ambassades du peuple bélarusse.

La diaspora bélarusse va ouvrir simultanément les Ambassades du peuple bélarusse dans plus de 10 pays, parmi lesquels la France, l'Allemagne, l'Angleterre, l'Espagne, l'Ukraine, la Russie, la Corée du Sud et la Suède. Cette initiative a été créée par le groupe "Bélarusses de l'étranger" et elle est soutenue par l'équipe de Svetlana Tikhanovskaïa et l'Administration populaire anti-crise (NAU).

L'idée de créer les ambassades du peuple est née après que les élections au Bélarus ont été reconnues comme illégitimes par les bélarusses et la communauté internationale. De ce fait, les ambassades soutenant le gouvernement illégal ont perdu le droit de représenter les intérêts des Bélarusses à l'étranger. Dans cette situation, les représentants de la diaspora bélarusse ont assumé en partie les fonctions d'ambassades: informer sur la situation au Bélarus, aider les concitoyens, défendre les intérêts du Bélarus dans les organisations internationales et les organes politiques du pays.

La cérémonie d'ouverture va avoir lieu le 10 décembre à 19h à l’heure de Minsk sous forme de conférence Zoom, à laquelle vont être présent : Svetlana Tikhanovskaïa; Pavel Latouchko, le dirigeant de l'Administration populaire anti-crise; Nicolas Beer, vice président du Parlement Européen, les membres de la diaspora bélarusse, et les responsables des Ambassades de chaque pays.

L'objectif des Ambassades du peuple bélarusse est d'être un pôle de représentation du Bélarus Démocratique et de son peuple, qui mène un combat pacifique pour la liberté. Leurs principales fonctions seront :

  1. Informer le public sur la situation au Bélarus.
  2. Établir et entretenir des contacts avec les institutions gouvernementales, les agences du pouvoir publics, les syndicats, les milieux d'affaires, scientifiques et culturels à l'étranger.
  3. Apporter soutien à ceux qui sont contraints de quitter le pays.

J-7 avant l’inauguration de notre exposition de l'art bélarusse engagé. Elle se tiendra du 15 au 27 décembre dans la résidence artistique située au 59 rue de Rivoli à Paris.

Suivez-nous sur Facebook et Instagram pour en savoir plus sur les événements programmés au cours de l'exposition. Vous pouvez consulter ici la page web de l'exposition.

Parmi les artistes exposés : Rufina Bazlova et ses "vyzhivanki", ou les images d'Épinal à la bélarusse. C'est dans cette technique déjà ancrée dans la culture et l'histoire bélarusses que Rufina Bazlova raconte les épisodes marquants du mouvement protestataire, tout en se réappropriant un élément important du patrimoine national revendiqué par le peuple dans une lutte symbolique contre l'État.

La situation des droits humains au Bélarus «a continué à se détériorer» depuis le mois de septembre, a dénoncé vendredi 4 décembre la Haut-Commissaire aux droits de l'homme, Michelle Bachelet. En lire plus dans Le Figaro.

Svetlana Tikhanovskaïa, a annoncé la création d’une plateforme appelée “Livre des crimes”. L'objectif : répertorier et documenter les violences policières. Plus de détails dans le nouveau chapitre de la "Chronique d'une révolution" de Kseniya Halubovich sur ARTE TV.

Les clés pour comprendre le Bélarus, quatre mois d’impasse”, par Jean-Marc Gonin dans Le Figaro.

Cette newsletter a été réalisée par Alisa Syrakvash et Lena Zerka. Le design graphique a été exécuté par Fiodar Kuleunich. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez contribuer ou soutenir notre association !

S’il y a dans votre entourage des personnes susceptibles d’être intéressées par ce qui se passe au Bélarus, nous vous saurions gré de leur faire découvrir notre site où elles trouveront, en bas de la page, un formulaire pour s’abonner à cette newsletter.

Nous espérons que cette newsletter vous sera utile. Dans le cas contraire, vous pourrez facilement vous en désabonner à tout moment en suivant le lien tout en bas de la page.

#StandWithBelarus
#AiderBelarus